Voyages et archéologie ferroviaires
Récits de voyages ferroviaires en Roumanie en 1994-95 et autres vestiges...

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Album photos
Archives
Contact

Rubriques

France
Pologne
Roumanie divers
Suisse
Turquie
Ukraine
Voyage 1994

Sites favoris

Pour que la vie vous soit plus douce!
Mocanita Hunedoara
Arhiva Mersul Trenurilor
CFI Criscior

Newsletter

Saisissez votre adresse email

24 septembre 1995 - Finiş

 

Finiş

 

 

Le chemin de fer forestier de Finiş est l’un des plus anciens de Roumanie. Il a été mis en service peu après 1900. Les convois, tractés par des bœufs ou des chevaux circulaient à l’origine sur des rails en bois, d’un écartement de 600 mm.
 
 
Ce mode d’exploitation primitif atteignit très rapidement sa limité de capacité, de sorte qu’en 1908, des rails en aciers, d’un écartement de 760 mm, furent posés entre Finiş et Cruce (17 km) et des locomotives à vapeur mises en service. Le réseau fut successivement étendu entre 1913 et 1925, pour atteindre une extension maximale d’une quarantaine de 40 km, qu’il conservera jusque dans les années 60. En 1993, 34 km étaient encore en service. A la fermeture définitive du réseau, fin 1995, seuls 5 km étaient encore exploités. La scierie n’était pas située à Finiş, mais à Ioaniş, reliée par une voie étroite de 4 km de long, posée parallèlement à la voie CFR.

Jusqu’à six locomotives étaient simultanément en service sur le réseau. La dernière année, seule la 764.460 (Reşiţa 1199 / 1956) circulait encore. Cette machine porte à présent la désignation 490.2002 et assure depuis 1998 des circulation touristiques sur le chemin de fer forestier de Lenti - Csömödér, en Hongrie.

Après cette brève introduction, je vous propose un court voyage sur les quelques 5 km de ligne encore exploitables en septembre 1995.
 
 
La ligne traverse tout d’abord le village de Finiş, construit tout en longueur.
 
 
La voie est posée entre la route et la rivière.
 
 
 
Les oies sont apparemment plus impressionnées que les habitantes du village …
 
 
 
La voie est en bien triste état et après quelques centaines de mètres de parcours un rail se couche, provoquant le déraillement de la locomotive. L’équipe du train est habituée à ce genre de mésaventures, et après quelques dizaines de minutes d’efforts, notre convoi peut repartir.
 
 
 
Après la sortie du village, quelques jolies scènes bucoliques s’offrent à nous
 

Par endroits, la végétation reprend déjà ses droits. La fin est proche.
 
 
Nous atteignons finalement le terminus, au milieu de nulle part. Les seules circulations du train doivent probablement avant tout avoir pour but la dépose de la ligne.
 
 
Nostalgie ?
 


Publié à 13:44, le 24/07/2011 dans Roumanie divers,
Mots clefs :
Lien

27 septembre 1995 - Brad - Crișcior

 

Brad - Crișcior

 

La région de Brad est principalement connue pour ses mines d'or et d'argent.

 

 

Afin de transporter le minerai jusqu’ à la gare de Brad, reliée au réseau ferré national, une ligne industrielle à voie métrique, longue d’environ 6 km, est ouverte en 1907 jusqu’à Crișcior. A une date inconnue, l’écartement de la voie sera réduit à sa valeur actuelle de 760 mm.

 

Un trafic voyageurs sera assurée jusque dans les années septante. Malgré la cessation du transport de minerai, un trafic régulier subsistera jusqu’à la fin des années nonante, la ligne étant alors utilisé pour le transport de charbon de la gare de Brad jusqu’à la centrale thermique de Barza. Durant les dernières années d’exploitation régulière circulaient encore une paire de train en été et jusqu’à trois en hiver, généralement en traction vapeur.

 

En août 2000, le sort de la ligne semblait scellé : le trafic avait cessé, le matériel roulant était à vendre au prix de la ferraille (23 USD la tonne) et quelques rails avaient déjà été démontés par des ferrailleurs peu scrupuleux. Heureusement, en 2002, est fondée par Georg Hocevar la société CFI (Calea Ferata Ingusta). Localisée dans les anciens ateliers de la centrale thermique, cette société assure le commerce, la réparation et même la construction de matériel roulant ferroviaire. En outre, elle organise également des circulations touristiques, non seulement sur la ligne Brad- Crișcior mais également sur les vestiges des lignes Campeni - Abrud, Covasna - Comandau ou Moldovita.

 

Notre voyage débute à la gare CFR de Brad, à l’architecture recherchée.

 

 

Quelques épaves de locomotives à vapeur  à voie normale rouillent sur place.

 

 

Mais partons à la rencontre de notre chemin de fer industriel. Le convoi à destination de Crișcior est en cours de préparation. C’est la locomotive EMBA 8 (Resita 1958) qui assurera la traction du train. Cette machine circule depuis 2002 sur les lignes de Jindrichuv Hradec à Nová Bystrice et Obratan, en Tchéquie.

 

 

Et c’est le départ.

 

 

Le convoi franchit un pont à l’esthétique plus que discutable….

 

 

Puis c’est une traversée de village, nettement plus sympathique !

 

 

 

Et enfin,  l’arrivée à la centrale thermique, dans une ambiance industrielle typique.

 

 

 

 

 

 

La curieuse diesel LD764.314 à 4 essieux couplés assure également la manœuvre sur place.

 

 

Et pour finir, quelques essais en noir et blanc  faits avec mon appareil photo « de secours ».

 

 

 

 



Publié à 14:39, le 3/06/2011 dans Roumanie divers,
Mots clefs : Brad criscior cfi
Lien
<- Page précédente