Voyages et archéologie ferroviaires
Récits de voyages ferroviaires en Roumanie en 1994-95 et autres vestiges...

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Album photos
Archives
Contact

Rubriques

France
Pologne
Roumanie divers
Suisse
Turquie
Ukraine
Voyage 1994

Sites favoris

Pour que la vie vous soit plus douce!
Mocanita Hunedoara
Arhiva Mersul Trenurilor
CFI Criscior

Newsletter

Saisissez votre adresse email

Une jolie roumaine d'origine suisse

 

 

Une jolie roumaine d'origine suisse

 

Je vous prose un reportage un peu plus technique sur une série de locomotives que j'affectionne tout particulièrement en raison de leur esthétique (mais bon, les goûts et les couleurs ...), les 060-DA roumaines.

Pour commencer, une fiche technique :




La forme de ces machines n'est pas sans rappeler celle des Ae 6/6 des CFF :



Ae 6/6 en gare de Pontarlier, en tête d'un court train régional pour Neuchâtel. On notera la zone de séparation électrique (15'000 V 16 2/3 Hz CFF et 25'000 V 50 Hz SNCF) au-dessus du fourgon (22.8.1992)


Les six prototypes de cette série furent construits en Suisse par SLM / Sulzer et mis en service en Roumanie en 1959. La suite de la série sera construite sous licence en Roumanie par Electroputere Craiova. Au total, ce ne sont pas moins d'environ 2500 machines qui auront été assemblées, faisant de cette série un succès européen!

Pour la Roumanie même, 1413 machines seront construites pour les CFR (série 60) entre 1959 et 1981 ainsi que, entre 1970 et 1993, 160 pièces pour des chemins de fer industriels. Un certain nombre d'exemplaires seront par la suite modifiées pour pouvoir rouler jusqu'à 120 km/h (série 62)Quelques machines seront par la suite adaptées pour la voie large (séries 67 et 68)



La 60-0913-0 vue depuis la passerelle de la gare de Sibiu, en juin 1994. On notera également le triste état des voitures qu'elle remorque. Il est intéressant de constater qu'en Roumanie à l'époque, les locomotives étaient en général très bien entretenues, contrairement aux voitures qui étaient dans un état de délabrement avancé (vitres brisés, absence d'éclairage, saleté, ...). Ceci s'expliquait principalement par le fait que les mécaniciens étaient titulaires de leur machines. Il n'était ainsi pas rare de voir des rideaux en dentelle, des photos de famille ou encore des plantes dans la cabine de conduite !



Remise de bulletin en gare de Viseu de Jos, en juin 1994




Gros plan sur la 60-1180-3 toujours en gare de Brad, en septembre 1995. On notera les rideaux et une plante dans la cabine de conduite.



La même machine, prise sous un autre angle permettant d'admirer l'architecture recherchées de la gare.



Une autre machine, la 60-0305-7 vue en gare de Jebel, avec une composition voyageurs bien hétéroclite.



Une machine non identifiée "brûle" la gare d'Ocna Sibiuli devant un express
 

Dès 2000, une soixantaine de machines roumaines on été complétement modernisées : nouveaux moteurs, nouvelle carrosserie, système de chauffage pour les voitures. Ces véhicules ont été rebaptisés classes 63 (120 km/h) et 65 (100 km/h). Tant mieux qu'elles aient été modernisées, par contre elles sont devenues moches .... Sad



La 65-0944-2 en gare de Titu [photo Stefan Puscasu]

Et une vue d'une machine à voie large, utilisé sur certains tronçon à la frontière avec la Moldavie et l'Ukraine.



La 67-1127-9 à Galati [photo Stefan Puscasu]

 

Par la suite, entre 1965 et 1978, 422 machines (série ST43) seront livrées aux chemins de fer polonais (PKP), puis 130 machines aux chemins de fer bulgares (BDZ) entre 1966 et 1975, puis finalement 373 machines pour la chine, entre 1971 et 1990 (les différents chiffres varient de quelques unités suivant les sources).



La ST43-224 en gare de Pleszew (Pologne)

De nos jours ces machines roulent toujours sur les différents réseaux précités, même si nombre d'exemplaires sont hors-service.

De nombreuses machines connaissent cependant une nouvelle vie. En 2005, entre 10 et 20 machines roumaines ont été vendues en Iran pour la traction de trains de pétrole. Par ailleurs, de nombreuses autres locomotives ont été achétées par des sociétés de travaux ferroviaires et circulent maintenant en Europe de l'Ouest, que ce soit en Allemagne, Espagne ou Italie.

 

Et pour conclure, un démarrage filmé en cabine : www.youtube.com/watch


Publié à 18:02, le 1/05/2011 dans Roumanie divers,
Mots clefs :
Lien